Les Voyeurs

Ici pas de plans culs, que des plans-séquences.


    A chaud

    Partagez
    avatar
    Marwan

    Messages : 69
    Date d'inscription : 18/08/2010
    Age : 30
    Localisation : Lyon

    Re: A chaud

    Message  Marwan le Ven 1 Oct - 15:57

    Je n'ai pas osé, mais en effet, vu la bande annonce, je m'attend bien à un truc du genre l'apologie du Yoga et tout le toutime... Déçu de la présence de Javier Bardem dans ce film... En trois seconde de presence de la bande annonce, on devine tout de suite que son rôle est celui de l'initiateur qui libere la femme, un peu comme dans "Vicky Cristina Barcelona"... En plus ce genre d'acteur doit recevoir des supers bon scripts à longueur de temps, il a du accepter ce rôle pour être au côté de Roberts, ça ouvre la voie pour les comedies romantiques mielleuses.

    Moi j'aimerais bien l'avis de quelqu'un qui a vu "Notre Jour Vienda" de Gavras, j'ai une terrible envie d'aller le voir, les critiques sont mitigées, les cahiers l'ont descendu.
    avatar
    Antoine211

    Messages : 133
    Date d'inscription : 18/08/2010

    Re: A chaud

    Message  Antoine211 le Lun 4 Oct - 16:49

    J'ai la chance de découvrir des films de Pierre Etaix en ce moment. Leur diffusion avait cessé à cause de problèmes juridiques. Ces films me plaisent énormément ! On dit souvent qu'Etaix est un clown, mais c'est aussi un très bon réalisateur ; on dit que c'est le successeur de Tati, mais je le lui préfère largement !
    J'aime beaucoup le court-métrage Heureux anniversaire, et les deux longs Le Soupirant et Le Grand Amour.
    Vous connaissez ?
    avatar
    florian

    Messages : 203
    Date d'inscription : 19/08/2010
    Age : 36
    Localisation : Paris

    Re: A chaud

    Message  florian le Lun 4 Oct - 18:40

    Content de voir enfin quelqu'un qui a vu ses films ! Pour moi, Pierre Etaix est le plus grand auteur comique Français après Jacques Tati et Max Linder, d’ailleurs il a souvent affirmé que ces deux derniers étaient ses maitres.
    Moi aussi j'ai aimé "le grand amour" et "le soupirant", ... mais aussi "Yoyo".
    avatar
    Antoine211

    Messages : 133
    Date d'inscription : 18/08/2010

    Re: A chaud

    Message  Antoine211 le Lun 4 Oct - 20:07

    J'ai aussi vu Yoyo, mais je préfère quand Etaix parle d'amour.
    Que vaut son Pays de cocagne ?
    Et qu'est-ce que tu trouves à Tati ? Je sais qu'il a de très nombreux admirateurs, mais je n'ai jamais réussi à voir un de ses films en entier ; je trouve que ce sont des suites de gags sans vraie matière (un peu comme les Keaton, mais dans une moindre mesure, ou comme quelques Chaplin, mais dans une encore moindre mesure)...
    avatar
    florian

    Messages : 203
    Date d'inscription : 19/08/2010
    Age : 36
    Localisation : Paris

    Re: A chaud

    Message  florian le Lun 4 Oct - 21:13

    Désolé je n’ai pas encore vu "Pays de cocagne", ni d’ailleurs son court-métrage "Heureux anniversaire".
    Pour te répondre à propos de Tati, chez lui ce n’est pas les gags que j’aime (tout comme chez Keaton).Il y a chez lui un innocent regard d’enfant sur le monde. Bien que les gens parlent à son propos de mélancolie, mais pas moi!
    C'est surtout un cinéaste dont le traitement de la forme cinématographique m’impressionne beaucoup. Il y a chez lui un travail très élaboré au niveau du son et de l’image (dont l’un joue sur l’autre). Il utilise aussi avec génie les lignes de fuite, les couleurs, la surface de la pellicule, ainsi que le déplacement des personnages dans le cadre. Chez lui ce n’est pas des éléments de l’image qui dirige l’œil du spectateur, mais c’est employé chez lui par le son. Il utilise d’ailleurs à merveille des effets très élaborés de décrescendo sonore en contradiction avec l’image, créant une illusion manipulatrice au spectateur.(pour aboutir souvent à des gags abstraits)
    Mais il y a tellement d’idées techniques élaborées dans chacun des plans de ses films, que c’est impossible que j’en parle comme ça aussi vite!
    Personnellement j’ai très bien connu Christian Dupré l’un de ses opérateur sur "Trafic", et il m’en a beaucoup appris sur les exigeance de Tati en tant que cinéaste.
    avatar
    Antoine211

    Messages : 133
    Date d'inscription : 18/08/2010

    Re: A chaud

    Message  Antoine211 le Ven 8 Oct - 18:06

    Grâce au ciné-club de France 2, j'ai regardé Quai des orfèvres. Pas mal, mais j'ai vu meilleur Clouzot (Les Diaboliques ou la Vérité par exemple). Les dialogues de ses films me plaisent toujours beaucoup, aussi parce que ce sont de très bons acteurs qui les servent.
    avatar
    Marwan

    Messages : 69
    Date d'inscription : 18/08/2010
    Age : 30
    Localisation : Lyon

    Re: A chaud

    Message  Marwan le Ven 8 Oct - 22:48

    Hier, j'ai regardé "L'homme de Londres" de Bela Tarr (pour pas changer), adapté du roman de Simenon... Vraiment pas mal... Idem, c'est pas son meilleur, y'a eut de gros problemes de tournages, suicide du producteur etc... Mais son style est là, il pousse la bobine à son max en matière de plans sequences...
    Il etait en competition à Cannes avec ce film, et je ne savais pas qu'il avait eu le droit à des sifflets à la fin de la séance...La critique l'a descendu. Je ne comprend pas trop pourquoi...
    La mise en scène aurait du être au minimum pour lui!!!
    avatar
    florian

    Messages : 203
    Date d'inscription : 19/08/2010
    Age : 36
    Localisation : Paris

    Re: A chaud

    Message  florian le Sam 9 Oct - 0:07

    Réponse à Antoine, à propos de Clouzot :

    A l’inverse de toi Antoine, j’ai un autre avis sur le cinéma de Clouzot !

    Son film "la vérité" ne m’a laissé aucuns souvenirs positifs.
    J’ai toujours trouvé le sois disant satirisme du "corbeau" bien fade.
    "Les espions" n’est qu’une œuvre bâclée, où Clouzot se perd dans un scénario qu’il du mal à faire avaler au spectateur.(tout et n'importe quoi peut arriver dans ce film)
    "Les diabolique" n’est pour moi qu’un simple film bien joué et bien écrit (qui ne peut se visionner qu’une seul fois), mais dont je ne vois rien d’extraordinaire dans la mise en scéne.
    "Le mystère Picasso" est une œuvre sensée paler du mystère de la création, mais ce documentaire me parait beaucoup trop simpliste pour que j’y adhère.

    Au contraire d’œuvres qui sont pour moi de grandes réussites, comme :
    "Quai des orfèvres", qui offre une vision brillante d’un univers médiocre, avec son monde nocturne, désespéré et sans issue.
    "Le salaire de la peur", au-delà de son suspense, tire sa force de son exceptionnelle puissance dramatique.
    "L’assassin habite aux 21", restes l’un de ses films les plus réussits, alors qu’il figure parmi ses moins ambitieux.

    Je dois indiquer que je trouve "la prisonnière" pas trop mal, et j’aime bien la fin du film "Manon" (à ne pas confondre avec le Manon des sources de Pagnol), c’est une adaptation qui n’est vraiment pas honteuse du roman "Manon Lescaut".
    Peut être que l’œuvre la plus proche de l’esprit du cinéma de Clouzot, est "l’enfer" de Claude Chabrol (Œuvre écrite par Clouzot), mais qui est un peu gâché par l’interprétation trop appuyée de François Cluzet.
    Il faut que je précise que ce sont des œuvres que je connais que trop bien, pour prendre suffisamment de distance dessus. Je ne compte plus la multitude de rediffusions TV que j’ai pu voir quand l’ancienne cinq existait encore. Surtout pour le corbeau, la vérité, les diaboliques, le salaire de la peur où quai des orfèvres.
    Par contre, je ne connais pas le reste de l’œuvre de Clouzot !
    avatar
    Antoine211

    Messages : 133
    Date d'inscription : 18/08/2010

    Re: A chaud

    Message  Antoine211 le Lun 11 Oct - 11:33

    J'avais vu et beaucoup aimé Lawrence d'Arabie, et comme ce film est considéré comme le meilleur Lean, et un des meilleurs de tous les temps, je ne pensais pas trouver mieux chez lui. Mais j'ai préféré encore Le Pont de la rivière Kwaï ! Enfin un film intelligent sur les militaires à la guerre et sur la différence des cultures.
    avatar
    florian

    Messages : 203
    Date d'inscription : 19/08/2010
    Age : 36
    Localisation : Paris

    Re: A chaud

    Message  florian le Lun 11 Oct - 14:16

    Je réagis à tes propos Antoine, en donnant mon point de vue.

    De tous les films que j’ai vu de David Lean, "Lawrence d’Arabie" est celui que j’aime le moins (je le trouve un peu ennuyeux dans sa seconde partie). Je n'ai même jamais entendu dire que c'était son meilleur, bien que celui-ci reste un spectacle bien meilleur que les films d'aujourd’hui de la même trempe !
    Pour moi "Le pont de la rivière Kwai" et "le Docteur Jivago" sont de très grandes œuvres, de véritables monuments du cinéma-spectacle, mais ça reste Hollywood avec sa grosse artillerie. Ces superproductions ont d'ailleurs avec "Lawrence d'Arabie" battu de véritables records au box-office de l'époque. Mais je ne critiquerais pas plus, car ces films sont toute mon enfance (donc j'ai peu de recule)!
    Mais pour moi l'oeuvre artistiquement la plus intéressante (pas forcément la meilleur) de David Lean, est "la fille de Ryan".
    Et il ne fait aucuns doutes que ses chefs-d’œuvre absolu (et reconnus), sont les adaptations qu’il avait fait de Charles Dickens : "Oliver Twist" et "les grandes espérances", qui demeurent des œuvres insurpassables.
    C'est même grâce à la réputation de ces deux films, qu'Hollywood coproduira et distribua les œuvres suivantes de Lean.
    J'ajoute que "la route des Indes" est un excellent film, mais très mineur comparé aux œuvres précédentes du cinéaste. Sa parle du difficile dialogue entre deux culture, mais James Ivory avait fait bien meilleur sur le même sujet.
    avatar
    Antoine211

    Messages : 133
    Date d'inscription : 18/08/2010

    Re: A chaud

    Message  Antoine211 le Lun 11 Oct - 19:03

    De nombreux amateurs et professionnels de cinéma adulent Lawrence d'Arabie, et pour sa beauté et pour la finesse de l'autobiographie. Je trouve comme toi qu'il y a un creux au début de la deuxième partie, mais je trouve très intéressant, ensuite, de voir la déchéance de ce héros et son traitement par les autorités britanniques et arabes, dont il a pourtant porté haut les couleurs et redoré le blason.
    C'est cette finesse et cette intelligence dans la description des peuples et de leurs meneurs que j'ai aussi aimées (encore plus même) dans Le Pont de la rivière Kwaï. On voit bien la différence entre les Japonais, les Britanniques et les Américains, sans manichéisme pourtant ; et l'effet de métonymie marche bien, puisqu'à la fin du film, on sent bien que les Américains vont gagner la guerre.
    C'est clair qu'il y a une grosse artillerie hollywoodienne derrière, mais ça ne dévalue pas le film.
    J'ai beaucoup aimé la réalisation de Lean, qui m'embêtait pourtant un peu dans Vacances à Venise et Brève Rencontre, et dans une moindre mesure dans Lawrence d'Arabie, pour son côté monolithique, distant, qui se heurtaient aux thèmes abordés dans ces trois films. Mais cette réalisation est idoine pour un film de guerre et d'aventures. Avec en prime un plan subjectif vibrant à la fin du film.
    Ceci dit, je ne manquerai pas de regarder les deux Lean que tu préfères. (Je n'ai vu que les quatre que je cite ici.)


    Dernière édition par Antoine211 le Lun 11 Oct - 21:59, édité 1 fois
    avatar
    florian

    Messages : 203
    Date d'inscription : 19/08/2010
    Age : 36
    Localisation : Paris

    Re: A chaud

    Message  florian le Lun 11 Oct - 21:42

    Ha oui j’avais oublié que "Vacances à Venise" était de lui, et j’avais trouvé "Brève Rencontre" pas trop mal, mais il me semble peut être un peu dépassé aujourd’hui !
    Moi j’ai une tendance naturel à être beaucoup plus critique envers des films comme : "Lawrence d’Arabie", "le docteur Jivago" et "Le pont de la rivière Kwai", car ce sont des œuvres que je connais depuis toujours. Tandis que pour "les grandes espérances" et "La fille de Ryan", se sont des films que je connais depuis moins de dix ans (sauf pour "Oliver twist", que j’ai vu aussi dans mon enfance).
    Enfin bref je veux dire par là, que j’ai tendance à trouvé plus faible des œuvres que je connais depuis trés longtemps.
    Sinon c’est clair que "Laurence d’Arabie" est superbe, d’ailleurs j’ai rarement vu le désert filmé d’une façon aussi magnifique, et avec autant de souffle lyrique.
    C’est d’ailleurs la même chose pour la jungle Birmane du "pont de la rivière Kwai", dans ce dernier, quel force dans les rapports qui se tissent entre des personnages comme les comédiens Alec Guinness et Sessue Hayakawa (formidable comédien Japonais, qui fut dans le passé l’une des grandes stars du monde).
    Sinon pour les adaptations de Dickens tournées par David Lean, il faut savoir que c’est un cinéma beaucoup moins ambitieux, car ce sont des adaptations d’œuvres moins profondes et plus pittoresques.
    C’est un cinéma qui peut apparaitre peut être plus classique, mais moi j’aime bien la façon qu’à Lean d’utiliser les éclairages de studio pour faire sentir le climat de l’époque victorienne. (Ma passion pour cette époque doit jouer aussi sur mon jugement.)
    Je crois que je prends moins de risque, en te conseillant de voir en premier : "le docteur Jivago" et "la fille de Ryan". Et ensuite de passer à "Oliver twist" et "les grandes espérances", qui sont une facette différentes de sa carrière. C’est deux derniers sont plus proches dans leurs réalisations du film "Brève rencontre", mais en moins sentimental.
    avatar
    Antoine211

    Messages : 133
    Date d'inscription : 18/08/2010

    Re: A chaud

    Message  Antoine211 le Sam 23 Oct - 23:14

    Je viens de voir Gens de Dublin. L'un des meilleurs films américains que j'aie vus : subtilité, jeu d'acteur, profondeur, beauté, émotion. Sublimissime. Ce qui est beau aussi, c'est de se dire qu'un réalisateur qui a eu une longue carrière comme Huston soit parti sur une telle œuvre.
    avatar
    florian

    Messages : 203
    Date d'inscription : 19/08/2010
    Age : 36
    Localisation : Paris

    Re: A chaud

    Message  florian le Sam 23 Oct - 23:57

    "Les gens de Dublin" est pour moi le meilleur film de John Huston, avec "au-dessous du volcan" (1984) et "reflets dans un œil d’or"(1967).
    Il faut voir également "la lettre du Kremlin", extraordinaire film d’espionnage !
    Bref, sa premiére œuvre était "le faucon maltais" (un classique), et sa derniére quarante ans plus tard est un classique également, quel artiste !
    avatar
    florian

    Messages : 203
    Date d'inscription : 19/08/2010
    Age : 36
    Localisation : Paris

    Re: A chaud

    Message  florian le Sam 30 Oct - 15:45

    A Marwan.
    Je viens tous juste de finir de voir le "film socialisme" de Jean-Luc Godard. Et comme l’autre fois je ne l’avais pas encore vu quand tu m’as demandé ce qu’il valait, je peux maintenant te donner mon avis !
    En fait je n’ai pas été surpris par la forme particulière du film, car c’est parfaitement dans la même ligne de style que les œuvres précédentes de Godard !
    Le film est divisé en deux parties formellement différentes : une première partie qui se passe sur un navire de croisière, et une seconde qui se trouve à terre.
    La première partie est constituée d’un flot d’images sur des mots, des phrases en voix off qu’on entend mal. La volonté du cinéaste est de les noyés sous une musique ou d’autres sons. Il a également collé des sons de mauvaise qualité (échos du vent qui frappe sur le micro par exemple) sur des images très belles et composées, ainsi que d’autre images volontairement laides au niveau technique, où encore des plans filmé en contre-jour, sous exposant des personnages dont la voix est parfaitement nette tandis que leurs visages reste dans l’ombre.
    "Film socialisme" est aussi une œuvre hybride, qui semble apparemment n’avoir aucun scénario. Mais je pense que chez Godard, l’idée est surtout d’essayer de saisir le réel à une époque donnée pour en dresser un portrait.
    Durant différents moments, un certain lyrisme semble se dégager. Comme par exemple les plans qui suivent après qu’une femme est prononcée des phrases d’amertume sur la Russie.
    Une musique intervient alors sous différents plans de choses anodines de la vie sur le bateau de croisière. C’est justement la distance entre ces images, et ce qui a été dit dans la scène précédente qui crée ce lyrisme. C’est le genre de choses que l’on peut retrouver dans certains types de documentaire qui recherche la distance tout en préservant l’objectivité. Du genre "le fond de l’air et rouge" (1977) où "Sans soleil" (1983) de Chris Marker, on n’est pas loin de ça !
    D’ailleurs dans le même domaine du cinéma utilisant la technique du montage vertical, la plus grande réussite de Godard est pour moi "Deux où trois choses que je sais d’elle" (1967). Qui je pense est une sorte de chef-d’œuvre dans son genre, que je conseille d’ailleurs à tous le monde.
    Voir également le superbe "Méditerranée" (1963) de Jean-Daniel Pollet, ainsi que "Lettre de Sibérie" (1957) de Chris Marker, qui sont des films qui empruntent la même forme.

    "Film Socialisme" semble n’être qu’à la base, qu’une série de scènes que Godard aurait saisi au vol durant son séjour sur le navire (le bar, le restaurant, le casino, les couloirs de réception, la piscine, etc).
    Il aurait ensuite tourné quelques séquences avec des comédiens, pour finalement lui donné la forme d’une œuvre dans sa phase de postproduction, en travaillant le montage et le mixage des sons et des images. Pour qu’au final a partir de rien (c'est-à-dire d’images insignifiante) y jaillisse une idée. (Même si je pense que cette idée était présente dés le départ)
    Quand à la seconde partie qui se passe à terre, je me suis carrément ennuyé.
    C’est une série de scènes avec des acteurs au jeu artificiel, qui laissent par moment parler une où plusieurs voix off. Même si ces phrases peuvent à certains moments paraîtres très intelligentes, je n’adhère vraiment pas dans cette forme de mise en scène, qui contraste un peu avec la première partie. (Même si ce contraste sera probablement salutaire pour certain spectateurs)
    En revanche, j’ai trouvé le dernier quart d’heure de cette seconde partie très réussit. A cause encore une fois, du rapport qui se crée entre le flot d’images monté verticalement avec le commentaire sonore.
    C’est l’une des essences du cinéma : l’image d’une chose filmée, renvoi dans l’esprit du spectateur à une autre image (mentale), ou à une idée. Qui mis en rapport avec le texte de la voix off, peut donner des résultats inattendu (mais normalement voulu par le cinéaste). J’ajouterais à cela la musique, avec ce qu’elle peut donner au niveau sensoriel.
    Encore une fois, le texte de la voix off n’a aucun rapport avec les images, mais c’est le spectateur lui même qui crée un lien entre les deux. Sans oublié encore, le rapport qui s’établie entre plusieurs images différentes montées entre elle (c’est la base du montage par attraction).
    Godard utilise également pas mal d’intertitre dans ce film. Intertitres qui servent moins pour ce qui est écrit, que pour ce à quoi le texte renvoi.
    Ces cartons ont exactement la même fonction qu’un simple plan qui renvoi à une image mentale (l’utilisation d’intertitres, était dans le passé énormément employé par Godard).
    C’est une méthode qui vient directement du cinéma de propagande soviétique. Notamment dans les films de Dziga Vertov, comme le "Ciné-œil" (1924) où les différents numéros de la série des "ciné-vérité"/"Kino-Pravda" (de 1922 à 1925).
    Chez Vertov ces intertitres étaient employés également à l’extrême comme de véritables images.Par exemple, un carton d’intertitre pouvait indiquer un mot de différente taille, enchainé à une vitesse plus où moins rapide avec un autre mot. Qui au final crée une phrase, que le monteur fait correspondre à une image, et que l’on met en rapport avec l’un des mot de la phrase, comme pour le marteler dans l’esprit du spectateur, etc., …il y a une infinité de possibilités !
    Il est clair que Godard depuis ses débuts avait été très influencé par cette méthode (qui n’est pas propre qu’à Vertov). D’ailleurs ce n’est pas par hasard que Godard avait crée vers la fin des années soixante avec Jean-Pierre Gorin et d'autres militants maoïstes, le groupe Dziga-Vertov. (Pour tourner des films militants)
    On retrouve très souvent chez Godard un lien avec le cinéma soviétique des années vingt.
    "Film socialisme" ne fait pas exception dans sa filmographie. Vers la fin du film, on y retrouve (sous une musique à l’orgue) des images du film "Octobre" (1927) et du "cuirassé Potemkine" (1925) d’Eisenstein. Les images de ces deux films sont ici mises en rapport avec d’autres images différentes. La scène du massacre sur l’escalier d’Odessa dans le "cuirassé Potemkine", est également mis en rapport avec des plans de ce même escalier filmé aujourd’hui. Même si Godard veut nous faire sentir sans nous le dire, que ce massacre sur ces marches n’a jamais existé. J’ai eus l’impression qu’il cherchait à nous faire comprendre (où plutôt sentir), qu’un travail savant des images peut changer une vérité et transformé un réel. Tandis qu’il use de ce même moyen, pour à l’inverse tenter de faire capter une authentique réalité critique.
    Car il faut savoir que dans le "cuirassé Potemkine", la scène du massacre sur les escaliers d’Odessa n’était qu’une scène purement fictive, imaginé à l’époque par Eisenstein. Car en 1925 ce dernier avait rassemblé pour son film, des événements qui c’étaient déroulés à Bakou et non sur les escaliers d’Odessa. N’en déplaise aux nombreux touristes qui descendent des marches rendues célèbres par un film et non par l’histoire.(touristes que l'on voit dans le film de Godard)
    Tout ça pour dire que dans l’ensemble ce n’est pas un film qui m’a passionné. J’ai largement vu mieux dans le même genre, y compris chez Godard. Mais en même temps, c’est certainement un film que je reverrai en souhaitant y saisir des choses que je n’ai pas encore capté.
    avatar
    Marwan

    Messages : 69
    Date d'inscription : 18/08/2010
    Age : 30
    Localisation : Lyon

    Re: A chaud

    Message  Marwan le Jeu 4 Nov - 0:43

    Merci bien Florian, belle critique, ça fait plaisir de te lire a chaque fois, je vais aller me le prendre ce week-end!!!
    Aujourd'hui je viens de prendre une belle claque comme ça faisait quelques semaines que j'en avais pas pris, merci qui? Merci Fassbinder! Je me suis pris "Le monde sur le fil" téléfilm d'anticipation dont je n'avais jamais entendu parler avant que Carlotta envoi l'info de sa restauration. Vraiment je ne veux pas t'en parler si tu ne l'as pas vu c'est vraiment quelque chose!!!! Je connais peu les travaux de Fassbinder et encore moins ses téléfilms mais là il a gagné toute mon attention!! Belle édition deux DVDs avec livret, making of de la restauration, interview de Balhauss, le directeur photo de Fassbinder et accessoirement de Scorsese, enfin voilà, beau coup de coeur!
    avatar
    Marwan

    Messages : 69
    Date d'inscription : 18/08/2010
    Age : 30
    Localisation : Lyon

    Re: A chaud

    Message  Marwan le Jeu 4 Nov - 4:11

    Ah oui, je voulais aussi savoir Florian, si tu connaissais une serie de téléfilms de Fassbinder qui s'appelle "Berlin Alexanderplatz" et ce que tu en pensais. Il paraît que c'est sa meilleure oeuvre?

    http://www.berlinalexanderplatz.carlottafilms.com/
    avatar
    florian

    Messages : 203
    Date d'inscription : 19/08/2010
    Age : 36
    Localisation : Paris

    Re: A chaud

    Message  florian le Jeu 4 Nov - 13:56

    J’aime beaucoup Fassbinder, mais j’ai honte car je n’ai pas vu beaucoup de ses films. Je ne connais pas ces deux œuvres, mais ça m’a l’air bigrement intéressent. J’ai bien envie de m’offrir le coffret dvd de Berlin Alexanderplatz !
    D’ailleurs tu me fais rappeler que j’ai encore chez moi une VHS que je n’ai toujours pas vu, du Secret de Veronika Voss.
    Je suis désolé de ne pas pouvoir te renseigner, mais merci d’en parler, car les œuvres TV me passent toujours sous le nez sans que je sois au courant de leurs existences.
    avatar
    Marwan

    Messages : 69
    Date d'inscription : 18/08/2010
    Age : 30
    Localisation : Lyon

    Re: A chaud

    Message  Marwan le Jeu 4 Nov - 14:04

    Oui, moi non plus j'avoue n'avoir pas vu beaucoup de Fassbinder, jamais trop tard!
    Je reviens de la Fnac il y a à peine une heure, j'y suis allé pour prendre "Le Decalogue" de Kieslowski et juste derriere se trouvait "Berlin Alexanderplatz", j'ai buggé pendant dix minutes à savoir lequel j'allais prendre, j'ai opté pour "le decalogue" trop longtemps que je l'attend celui-là!!!
    avatar
    Marwan

    Messages : 69
    Date d'inscription : 18/08/2010
    Age : 30
    Localisation : Lyon

    Re: A chaud

    Message  Marwan le Lun 8 Nov - 5:35

    Je viens de voir "Toni" de Philomene Esposito avec Alessandro Gassman et Beatrice dalle.
    Je n'ai juste rien compris! La première heure se passait plutôt bien, mais tout d'un coup, par des pirouettes scenaristiques, on a voulu nous faire croire à un twist final très très mal dirigé et incompréhensible, un "usual suspect" de bac à sable...
    Alors à chaud, je viens de perdre 1h30 pour rien!
    avatar
    Auguste

    Messages : 21
    Date d'inscription : 18/08/2010
    Age : 21

    Re: A chaud

    Message  Auguste le Dim 5 Déc - 14:51

    Vidéodrome de Cronenberg... Une claque!

    Contenu sponsorisé

    Re: A chaud

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 17:44